Afrique

 

Francis Goussard, qui était présent au festival en 2015, revient cette année avec une nouvelle expo : RENCONTRES MALGACHES

 
  • Facebook Social Icon

Francis GOUSSARD

La photographie est toujours restée pour Francis Goussard une activité passionnelle. C'est pourquoi il l'a constamment menée en marge de son activité professionnelle, même si la frontière a parfois été ténue, notamment lors de sa collaboration, pendant plus de dix années, avec Laurent Biancani, photographe professionnel et pédagogue. Il se classe volontiers dans la catégorie des "photographes voyageurs", qui cueillent leur récolte au gré de leurs déplacements, sachant profiter du moment qui leur est offert. Le voyage le libère de ses préoccupations quotidiennes habituelles, et lui offre une grande disponibilité pour aller à la rencontre de ses inspirations photographiques. Il aime particulièrement la nature, notamment ses paysages, ainsi que les rencontres humaines.

 

RENCONTRES MALGACHES

 

        "Avec les paysages, les rencontres humaines occupent une grande importance dans ma démarche, tant je pense que les Hommes participent indéfectiblement à la fabrique de notre géographie. Les êtres humains façonnent leur environnement en fonction de leur mode de vie et de leurs activités. Ils sont les artisans, parfois même les artistes, du paysage.

J'appelle mon travail : « rencontres », car mes pérégrinations laissent toujours une large part au hasard, ce « hasard objectif » si cher à André Breton, qui porte les sujets de mes photographies sur mon chemin. Si j'aime photographier les gens « en situation », et représenter  la scène dans son contexte, j'aime aussi saisir  l'échange d'un regard, où le modèle se confie dans une complicité non feinte au photographe.

         Madagascar est, rappelons-le, un des pays les plus pauvres de la planète. Ses habitants s'en remettent volontiers au culte des ancêtres, pour conjurer le grand dénuement dans lequel ils se trouvent, tout en se détournant, pour le moment, de la politique largement corrompue de leurs édiles. Le peuple malgache, mélange de nonchalance et d'énergie, transpire une grande beauté intérieure, exprimée, malgré son dur labeur quotidien, par la joie et la fierté. Comme le dit le grand photographe voyageur Roland MICHAUD : « les occidentaux qui critiquent tant à cause d’une pauvreté matérielle, qui existe bien entendu, n’ont pas compris que cette pauvreté pouvait être cause de richesses ».