EUROPE : Laponie, Berlin, Alpes, Causse, Bretagne

Emmanuel BERTHIER ,
Laponie, L'hiver arctique

Naturaliste de formation, Emmanuel Berthier commence par travailler comme garde du littoral sur les bords de Rance, entre Dinan et Saint-Malo. Un métier de terrain qui lui a permis un travail de fond sur l’estuaire et fut à l’origine de son premier ouvrage. Il vit aujourd’hui dans le Golfe du Morbihan et partage son temps à photographier la Bretagne et la Scandinavie pour l’édition, la presse, les marques et institutions. Des reportages et des expéditions l'amènent à parcourir des destinations plus lointaines, avec une véritable passion pour les régions désertiques et arctiques.

 

Emmanuel BERTHIER présentera deux reportages au festival 

Pendant tout le week end : La Laponie, Hiver arctique, expo photo et conférence

Et en ouverture, le vendredi soir à 20h30, Salle Jo Le Cheviller :

La traversée du désert de GOBI

A la manière des caravanes qui acheminaient le cachemire à Oulan Bator jusque dans les années 70, 13 marcheurs, issus de dix pays différents se sont rassemblés pour effectuer la traversée du désert réputé le plus froid de la planète, le Gobi. Parti de Bulgan dans l’Altaï et accompagné de 12 chameaux de Bactriane, le groupe aura mis près de deux mois pour effectuer les 1600 km d’une traversée riche en découvertes. L’objectif était autant de découvrir, que de faire découvrir au monde ce territoire méconnu coincé entre Chine et Mongolie, à travers le regard de personnes d’âges et de cultures différents, liés par leur soif d’aventure. Il en ressort une expérience hors du commun où l’émerveillement suscité par la rencontre avec une nature et une culture à part croise l’apprentissage de la vie en groupe dans cet environnement hostile et coupé du monde. Emmanuel Berthier a suivi ce groupe à pied durant les deux mois de l’aventure, en relatant autant le quotidien de l’expédition que les rencontres et les paysages traversés.

https://www.instagram.com/emmanuel_berthier/

https://www.facebook.com/ebphotonature

https://www.emmanuelberthier.com

Naran daats-11189_Emmanuel Berthier.jpg
 
EmmanuelBerthier.jpeg
Fabrice BERTHOLINO

Plumes de mer,Bretagne 

 

« Né en 1969 en banlieue parisienne je me suis installé dans les Côtes d’Armor en 2001. J’ai découvert la photographie à l’âge de 20 ans avec un réflex et la passion ne m’a plus quitté. Cette Bretagne verdoyante est le terrain idéal pour assouvir cette passion et l’intérêt pour la photo et la nature est de plus en plus forte ! J’aime observer cette nature, y passer du temps le plus souvent seul, et la photographier pour immortaliser de petits moments de vie naturels. J’ai d’abord tout photographié, tout ce qui passait par le viseur puis au fil du temps je me suis longuement arrêté sur les paysages marins. Je me suis ensuite intéressé à la photo nature, particulièrement la macro que je pratique régulièrement depuis six ans en tant qu’amateur et maintenant la photo d'oiseaux de bord de mer.

Je suis très curieux des pratiques d’autres photographes dans le domaine, ce qui m’aide à progresser chaque jour. J’aime partager ces passions de la photographie et de la nature, c’est un véritable bonheur à chaque exposition de rencontrer les visiteurs et les exposants pour échanger sur ces intérêts communs.

Photographier les oiseaux, une passion

J'ai toujours voulu photographier les oiseaux, mais cela me paraissait difficile, voire impossible. Habitant à deux pas de la mer, je les ai souvent observés. En m'approchant d'eux, c'est un tout autre univers que j'ai découvert ! Certains sont farouches, d'autres pas, j'ai appris à les connaître au fil de mes week-end de repos.

C'était en quelque sorte mes voyages du moment, un voyage bref mais intense à chaque fois, une façon de s'évader en allant à leur rencontre et en réussissant à se faire oublier pour les photographier ».

https://www.fabricebertholinophotographie.com/blog

 
Bernaches04_Fabrice Bertholino.jpg
Christian DELASTRE
Lumières des Alpes 

 

«La montagne est mon domaine de prédilection, mon altitude préférentielle, celle où je trouve mon oxygène le plus euphorisant. Cette passion est couplée avec celle de la photographie. Maintenant j’organise mes sorties montagne en fonction des photos que je souhaite réaliser et non le contraire.

La photographie, comme la lecture, sont des activités solitaires, surtout quand la prise de vue nécessite de bivouaquer en pleine montagne.

En officialisant mon statut d’auteur photographe en 2018, j’ai changé de catégorie. C’est l’aboutissement de plusieurs années de travaux préparatoires et le début d’une nouvelle aventure, où le partage et la diffusion amputent une partie de mon temps de loisirs et de création photographique. Mais c’est aussi une nouvelle dynamique, enrichissante, encourageante et motivante.

Voir les réactions du public, connaître son acheteur et sa motivation, c’est une étape que j’ai voulu franchir. Alors j’ai choisi de ne présenter au public que des images de montagne. Choisir un thème comme axe fort, est sans doute ma première démarche avec une recherche de traitements nouveaux et différents.

Pour cela, j’ai créé un site Internet, ouvert des pages sur les réseaux sociaux ; Facebook, Instagram, 500 Px, j’ai candidaté à des salons et des festivals et participé à des concours.

Décider de montrer ses images, c’est accepter le jugement et l’appréciation des autres. C’est donner une nouvelle dimension à son travail. C’est aussi s’obliger à progresser et à aller plus loin, plus haut.

Lumières des Alpes_Christain Delastre.jpg
 
Dominique FERVEUR
"We go"

Je suis photographe passionné mais amateur. Depuis une vingtaine d’années je « sévis » au sein de l’association Photo-Forum à Metz qui regroupe près de 200 photographes professionnels et amateurs et dont j’assume la fonction de trésorier.

J’ai pu acquérir une culture photographique en participant aux nombreux workshops, conférences et lectures de portfolios que nous organisons tout au long de l’année.

Mes différentes passions m’ont conduit peu à peu à pratiquer une photographie de reportage, centrée sur l’humain. Je pratique ainsi le portrait, mais loin des studios. Ce que j’aime c’est montrer l’homme dans sa réalité quotidienne. Mon objectif de prédilection est le 28mm ; je suis au plus proche des personnes que je photographie tout en montrant leur environnement.

Mes influences sont à rechercher dans la photographie humaniste française (Henry Cartier Besson, Willy Ronis, Koudelka), la photographie américaine d’après-guerre (William Klein, Lee Friedlander, Robert Frank).

J’apprécie également une photographie plus contemporaine, en particulier celle de Klavdij Sluban, Jean-Christophe Bechet qui, au cours de workshops, m’ont beaucoup apporté.

Une devise que je fais mienne : « Faire des photos dignes, qui apportent de la poésie au monde et le racontent en toute humanité » (Marie-Laure de Decker)

 

 
D FERVEUR We go 1.jpg
Dominique FERVEUR
"We go"

Plus que les voyages, ce projet a pour sujet les voyageurs. Quel lieu plus qu’une gare est-il source de réminiscence ? Mon attrait pour le portrait pris sur le vif, les attitudes, l’observation des comportements m’ont conduit à réaliser cette série.

Bien que le train soit devenu un moyen de transport très ordinaire, prendre le tain suscite toujours beaucoup de nostalgie et est évocateur de nombreux sentiments. 

Entre le train que l’on attend, celui que l’on prend et celui que l’on rate, le chemin de fer est un véritable chemin de vie. Tristesse de la séparation, bonheur des retrouvailles, angoisse de la découverte, le train est bien plus qu’un moyen de transport, c’est aussi un moyen de laisser son esprit s’évader.

Comme Brigitte Fontaine a écrit sa « Lettre à Monsieur le Chef de gare de Latour-de –Carol », à vous, à travers ces fenêtres sur la vie, de vous faire votre propre  film.

Dans le ventre du Thonier_Isis.jpg
ISIS
"Plages" 

« L’origine de la thématique de cette nouvelle série « Plages » est à la fois le fruit d’une triste déconvenue, et le résultat d’une belle rencontre. En 2019, la veille du départ pour un nouveau voyage en Indonésie, un accident m’oblige à annuler ce voyage et à passer un mois de vacances en Bretagne en restant à Quimper. Qu’allais-je pouvoir faire pour satisfaire malgré tout mon besoin de photographie et de voyage ?

Le livre « Plages » du photographe américain Elliott Erwitt me fournit la réponse. J’allais voyager sur ces rivages qui m’entourent au quotidien et que finalement peut-être je ne remarquais plus guère : les plages bretonnes.

En effet, à la lecture de l’ouvrage d’Erwitt, dont j’appréciais de longue date l’humour et la tendresse de ses célèbres clichés de chiens, je me rendis compte que je tenais là le sujet d’une nouvelle série que je voulais empreinte de légèreté, d’espièglerie, de douceur de vivre, sans écarter l’émotion voire la nostalgie… peut-être pour compenser mon regret de ce voyage annulé.

Cette série que je pensais réaliser sur plusieurs années entre deux voyages à l’étranger, allait devenir LA série sur laquelle je travaillerais exclusivement lorsque la pandémie COVID vint s’inviter dans nos vies, restreignant notre liberté d’aller et venir, nous interdisant les voyages lointains, quand elle ne nous confinait pas totalement chez nous.

En participant à cette quatrième édition du festival de photos de voyage de Grand Champ, c’est cette vision sur nos territoires proches que je souhaite faire partager, faire sourire, voire rire de certaines situations cocasses et peut-être amener à penser ceux qui verront ces clichés. Finalement, on peut voyager et voir des situations originales, malicieuses, pétillantes au plus près de chez soi ! … »

 

Site Flickr (ISIS&HATHOR) : https://www.flickr.com/photos/80786418@N05/

Site facebook : pseudo Isis Ab ; Page FB : « les regards d’ISiS »

Interview sur le site FB du Centre Culturel de L’Athena à Ergué-Gabéric sur la photographie argentique de la prise de vue au tirage :

https://www.facebook.com/CentreCulturelAthena/videos/485385915913107

 
Régis Le Moullac

Photographe amateur, Régis s’est découvert une passion pour la photographie de paysages en suivant une formation au CRIS de Pontivy.

Cap à l'Ouest 

Pas besoin de partir loin, il trouve largement son bonheur en terre bretonne dont il découvre les charmes au fur et à mesure de ses escapades. Il prépare bien ses sorties, météo, marées, heures de lever de soleil...fait des repérages pour être au bon endroit au bon moment.

« Amateur des grands espaces, je goûte aux joies des balades et des randonnées dans ma région. La photographie devient alors pour moi une passion qui se développe au fil des années. Elle permet de retranscrire ce que je vois et ce que je ressens. Elle m'a servi rapidement de prétexte pour m'évader de plus en plus loin, aux quatre coins de la Bretagne. Au fil du temps, des saisons et des années, je découvre ou redécouvre ces espaces aux multiples facettes (tantôt calmes, tantôt agités, sauvages, civilisés...).

Ces balades, je les effectue essentiellement au bord de la mer. C'est un élément qui me fascine et me fascinera toujours !

Cette Bretagne diversifiée et variée, je l'arpente à mes heures perdues, à la recherche de ce petit plus qui pourra sublimer ma photo (belles couleurs, lumières, brouillard, arc-en-ciel).J'apprécie particulièrement de prendre mes photos avant le lever et après le coucher du soleil. La photo de paysage réserve toujours son lot de surprise, et c'est ce qui fait son charme. Dans tous les cas, elle me transporte et me fait voyager. »

Facebook : Régis LM Photographies

Instagram : regislemoullac.photographies

 
Cap àl'Ouest 19_Regis Le moullac.jpg
Marc TASSEL
Le Causse Méjean

« Le Causse Méjean ne peut laisser indifférent : on a le coup de foudre ou on s'enfuit en criant au fou ! » C'est ce que dit le maire de Meyruel (Jean-Paul Pottier)

D'abord, il n'est pas facile à trouver, il faut quitter les routes touristiques pour s'aventurer par des accès escarpés, creusés dans la roche calcaire. Une fois là-haut, c'est un paradis de solitude essentiellement minéral, balayé par les vents qu'aucun arbre n'arrête, parsemé d'une végétation rase où quelques genévriers ont pu résister aux froids de l'hiver et à la sécheresse de l'été.

Ces paysages épurés nous ramènent à des émotions primaires et ancestrales, un retour aux sources, une immersion solitaire dans ce milieu naturel épargné de la folie humaine ».

 

En regard du Causse

«Marc Tassel est un arpenteur objectif. Son regard aigu scrute le paysage tel qu’il est. Insatisfait du cours du monde comme il va et comme il ne va pas, il le transforme de son œil argentique. Sur le Causse Méjan, île minérale du milieu d’ailleurs, Marc Tassel apprivoise les statuaires millénaires, emprunte les sentiers dessinés par les pas sereins des anciens bergers. Ici les pierres ressemblent aux rares habitants. Enracinés dans le calcaire avare de terre fertile, ils sont les taiseux de cette Mongolie farouche. Dans les traces de cailloux, mémoire du temps des transhumances, ils écrivent leur vie de silence et de vent. C’est cette alchimie du temps et du regard que Marc Tassel révèle dans sa poétique du noir et blanc.

Un dialogue entre nature et culture que la folie du monde oublie. Ces photos nous le rappellent.» Dominique Bérody

Le 8 mai 2021

https://www.facebook.com/marcos.photos.9

https://www.corridorelephantgallery.com/marctassel

https://www.bookfoto.com/membres/membres/marcos44/

Causse Méjean4_Marc Tassel.jpg
 
Serge RISSER 
Au fil de l'OUST, Bretagne 

 

Depuis toujours, Serge est passionné par la photographie. Dès qu'il a pu le faire, il emprunte l'appareil photos de son père et arpente les sentiers et les forêts de la région de son enfance.

Mais cela ne le satisfait pas, il a envie d'autre chose, de sublimer les lieux communs, de les montrer sous un aspect que lui seul pourrait voir car il se lève tôt, voire très tôt, pour saisir ses images. Alors il s'adonne à la photo de paysages et aime approfondir un sujet en y recherchant des ambiances changeantes selon la saison, la lumière, l'humeur du temps et la sienne. Les sujets ne manquent pas en Bretagne intérieure et c'est, depuis de nombreuses années, sur les bords de l'Oust, que sa quête de la belle lumière le mène. Le ciel bleu ne l’intéresse pas.

La série de photos qu’il présente donne envie de se lever tôt pour découvrir des ambiances mystérieuses et étranges. Le voyage, c’est aussi un regard neuf que l’on porte sur les lieux familiers. 

 
Fil de l'Oust3_Risser Serge.jpg