Les photographes invités

 

Quatre photographes de la région ont accepté d'être parrains de ce 1er festival. Passionnés de voyages, ils expriment à travers la photo leurs émotions et leurs découvertes. Les autres participants seront présentés dès que la liste sera définitive. 

  • Wix Facebook page
  • RSS classique
Yvon BOELLE
 
 

Pour Yvon Boëlle, il y eut d’abord la terre qui l’a vu naître: la Bretagne.

Puis le photographe  se mit à explorer les autres pays celtiques. Avec le désir jamais lassé de les célébrer, de les faire aimer, de traduire leur mystère à travers une lumière sans pareille.

Navigations vers l’Ouest, Irlande, Pays de Galles, Galice et Écosse, pérégrinations sur le chemin de Compostelle, sa quête d’images le conduit résolument vers le couchant, le bord du monde, la fin des terres.
Mais c’est toujours en Bretagne, où il a choisi son port d’attache près du Golfe du Morbihan, que ses pas le ramènent.
Photographe de nature et de patrimoine, il travaille pour plusieurs magazines et agences photographiques en France et à l’étranger
Sa connaissance et sa passion des terres celtiques et du chemin de Saint-Jacques, Yvon Boëlle les a transcrites dans de nombreux ouvrages.
 
Il est l’auteur de plus d’une trentaine de livres chez différents éditeurs, dont « Sur les chemins de Compostelle », avec son compère Patrick Huchet, éditions Ouest-France, ouvrage sans cesse réédité depuis 1999 avec près de 350.000 exemplaires vendus à ce jour !


Depuis près  de 20 ans Yvon Boëlle ne poursuit qu’un but : transmettre au plus grand nombre les émotions vécues sur les chemins et faire partager son émerveillement devant  la beauté du monde.

Son plus grand plaisir : rencontrer des lecteurs partis sur ses traces séduits par ses images.

  • Wix Facebook page
  • RSS classique
Jean-Marie SÉVENO
 

Photographe de vie sauvage depuis environ 25 ans, je parcours la France et le Grand Nord (Alaska, Arctique, Spitzberg, Canada, ... ) un appareil en bandoulière.

 

L’exposition que je présente s’intitule "L’autre ours blanc". Elle fait suite à un séjour en Colombie Britannique (Canada) réalisé en 2014 où j’ai croisé le regard de l’ours Kermode.

 

Passionné de nature et d’images, j’ai allié ces 2 activités pour les réunir au sein de la photographie animalière.

J’ai de nombreuses expériences d’expéditions: je suis allé en Finlande en 2005, au Québec en 2006, sur l'Île Kodiak en Alaska en 2008. En 2010, c'est sur l'Île de Banks que j'ai jeté mon dévolu. En 2011, je me suis encore rendu dans le Grand Nord, en Norvège. Quant à l'année 2012, je l'ai consacré à différents séjours: l'Ecosse, la Finlande et pour finir le Svalbard. Suite à ces différents séjours dans le Grand Nord, j'ai réalisé, à compte d'auteur, "Aux confins du silence", un livre photo relatant mes expéditions dans les contrées nordiques.

Et quand je ne suis pas à l’étranger, je parcours mon pays (la Bretagne) et ma terre d’accueil (les Alpes) en quête de nouvelles photographies animalières.

 

 

  • RSS classique
  • Wix Facebook page
Olivier HAY
 
 
 

 

Originaire de Grand-Champ et passionné depuis ma plus jeune enfance par les animaux, je débute la photographie naturaliste en 2004.

 

Derrière mon objectif, témoin de nos richesses biologiques, entre terre et mer, notre patrimoine naturel est très important mais sollicité et fragilisé. Il convient donc de le faire découvrir, de le respecter et de le conserver pour les générations à venir...

 

Après une formation de technicien en environnement, l'approfondissement de mes connaissances sur les espèces animales et végétales, la compréhension du fonction-nement des écosystèmes et l'évolution de notre milieu naturel au fil des temps, font partie de mes priorités.

 

  • RSS classique
  • Wix Facebook page
Fabien MARTY
 
 

Originaire de Sarlat-la-Canéda en Dordogne, je suis venu m’installer en Bretagne il y a 15 ans.

 

Photographe passionné, c’est grâce aux précieux échanges avec d’autres photographes que je me suis formé.  

 

Aujourd’hui,  je privilégie le post-traitement, c’est-à-dire  la retouche photo après la prise de vue. Ce choix est pour moi, l’ouverture à une panoplie de possibilités techniques que ne nous permet pas l’argentique.

Néanmoins le post-traitement n’aura aucun impact sur une photo mal prise.

 

Le plus important à mes yeux : le plaisir de la photo, et l’émotion que l’on ressent à la vue du résultat.

Pour le festival, je vais exposer différentes photos prises au Japon lors d’un voyage d'un mois entre Tokyo et Nagasaki.

© Chercheurs d'images  Mentions Légales 

Suivez-nous:

  • Facebook Social Icon