ASIE   Inde, Chine, Japon et divers pays d'Asie du Sud Est

 
Christophe Cabit,
Selfies autour du monde 

Christophe Cabit commence la photographie lors d’un séjour de 2 ans au Sénégal, durant sa coopération. Cette passion ne le quittera pas, mais ce n’est que 25 ans plus tard, à l’occasion d’un voyage d’un an, en famille, autour du monde qu’il décide de devenir auteur-photographe. La photo de voyage lui offre des approches variées : photo de rue, paysage, architecture, reportage, portrait. Mais comme il le dit lui-même : « quel que soit le sujet, il s’agit toujours de traduire les émotions ressenties et de capter la brièveté de l’instant ». 

En matière photographique, le selfie est devenu la référence pour de nombreux voyageurs, quel que soit le pays d’origine. Impossible de visiter un monument, une ville où n’importe quel lieu sans réaliser un selfie aussitôt partagé sur les réseaux sociaux. Les lieux touristiques deviennent des plateaux de cinéma ou l’inventivité n’a pas de limite. Je cherche dans ces scènes, l’humour mais parfois aussi la poésie.

Selfies autour du monde.

En matière photographique, le selfie est devenu la référence pour de nombreux voyageurs, quel que soit le pays d’origine. Impossible de visiter un monument, une ville où n’importe quel lieu sans réaliser un selfie aussitôt partagé sur les réseaux sociaux. Les lieux touristiques deviennent des plateaux de cinéma ou l’inventivité n’a pas de limite. Je cherche dans ces scènes, l’humour mais parfois aussi la poésie.

www.christophecabit.com 

www.facebook.com/Christophe-Cabit-Photographies-

Maxime CROZET,
Xinjiang, identité en sursis, Chine  

Maxime Crozet est technicien audiovisuel de formation. Après ses études, il quitte la France, en Septembre 2007, porté par un projet personnel : voyager autour du monde en se déplaçant au maximum par la voie terrestre. Il sillonne l'Europe, l'Asie, l'Océanie et ne rentre en France que deux ans plus tard. Depuis, il poursuit ses voyages vers des horizons divers avec toujours pour fil conducteur : la route.  Son travail évoque les terres de confins et s'articule, entre autres, autour des thèmes de l'errance, de l'identité et des frontières. 

C'est au cours de ses longs et riches périples que sa passion pour la photographie s'est développée, jusqu'à prendre une place centrale dans sa manière d'explorer le monde. A travers ses clichés, issus de la richesse de ses rencontres, son regard nomade illustre la diversité anthropologique, documentaire ou encore affective du portrait. De son dernier voyage  qui l’a mené sur les routes de la soie, de la Chine à la Turquie, il présente une conférence Kurdewari, au pays des Kurdes et ce reportage : 

 

Xinjiang, identités en sursis

Aux confins nord-ouest de la Chine se révèle l’immense province du Xinjiang (littéralement: « nouvelle frontière »), plus rarement appelé Turkestan oriental. Jusqu’à peu, cette région était majoritairement peuplée d’Ouïghours, un peuple turcophone et musulman sunnite; mais également d’autres minorités venues d’Asie Centrale. Les Hans (ethnie chinoise majoritaire), arrivés par millions ces dernières décennies, représentent désormais plus de 40% de la population locale. Les efforts de la Chine, pour étouffer un mouvement séparatiste et siniser ses régions frontalières, ont transformé

le Xinjiang en un vaste laboratoire de contrôle social et de surveillance intérieure. Il est presque impossible de se déplacer dans la région sans ressentir le regard implacable des autorités.

Durant un périple qui m’a mené de la mer Caspienne, au Kazakhstan, jusqu’au Pakistan, entre mars et juin 2018, j’ai pu sillonner durant quelques semaines cette vaste province dont on parle encore trop peu aujourd’hui. A la recherche de nouvelles frontières dans les oasis qui ponctuent l'ancienne route de la soie, par-delà les espaces vides et solitaires, j'ai rempli ma mémoire de ces horizons aux visages découverts. Je me suis laissé porter par les différentes expressions en quête d’harmonie... laissant aux lisières des déserts, des steppes et des sommets enneigés de l’Asie centrale, quelques empreintes intimes de peuples en déclin face à une nouvelle révolution culturelle en marche.

http://maximecrozet.wix.com/photography  / http://crozetmaxime.ultra-book.com/

 
 
Joachim DUCOS
Hokkaïdo, île de feu et de glace

« Avant tout attiré par le cinéma, j’ai suivi des études de réalisation à l’ESAV (Ecole Supérieure de l’Audiovisuel) à Toulouse. C’est durant mes années d’études que je découvre la photographie. Très vite je suis pris de passion par les procédés argentiques. Dans ma petite chambre noire de fortune installée dans la salle de bain de ma chambre d’étudiant, je me mets à expérimenter bon nombre de procédés alternatifs, allant de développement couleur spéciaux au collodion humide, en passant par la solarigraphie…
A la fin de mes études, je décide de partir à la découverte du Japon, un pays qui me fascine depuis longtemps. Pour des raisons pratiques, je choisis de partir cette fois avec un appareil photo numérique. Je resterai en tout une année et demie au Japon. Bien que basé à Tokyo, un petit boulot de reporter et photographe pour un site de tourisme me donnera alors l’opportunité d’explorer l’archipel japonais sur toute sa longueur, d’Okinawa à Hokkaido.
De retour en France, d’innombrables souvenirs dans ma mémoire et des milliers de photos sur mon disque dur, je souhaite aujourd’hui pouvoir partager ces expériences en attendant de pouvoir repartir…

Hokkaïdo, île de feu et de glace

Hokkaïdo est l’île de l’archipel japonais qui se trouve la plus au nord. J’ai eu l’occasion de visiter l’île d’Hokkaïdo à deux reprises : une fois en automne, une autre fois en hiver. En automne, les forêts d’Hokkaïdo se parent de leurs plus belles couleurs de feu. En hiver, changement d’ambiance. La neige tombe sans discontinuer et les températures ne remontent que rarement au-dessus de zéro. Des conditions de vie difficiles auxquelles les habitants se sont parfaitement adaptés. Une atmosphère toute particulière se dégage de ces paysages immaculés et de ces villes recouvertes de neige. Lorsque je suis retourné à Hokkaïdo durant l’hiver, j’avais l’impression d’être dans un lieu complètement différent et de découvrir l’île pour la première fois. C’est ce contraste que j’ai voulu mettre en évidence dans cette série de photos. Cette juxtaposition de photos prises en automne et en hiver se veut être une forme de témoignage de la transformation que les saisons imposent aux paysages d’Hokkaïdo, qu’ils soient urbains ou naturels. »
C’est aussi une manière d’offrir un regard plus large sur cette île japonaise plutôt méconnue des touristes. J’ai d’ailleurs choisi de ne pas inclure dans ma série les lieux les plus touristiques d’Hokkaïdo pour tenter de m’approcher au mieux de la vie quotidienne des habitants de l’île et avant tout des environnements dans lesquels ils évoluent tous les jours.


www.tokidokiyuki.fr

 
Jean Paul LE BACON, 
Les mobilités en Asie 

 Photographe amateur, professeur agrégé de géographie en retraite,  membre du club photo Mégaclics de Saint Philibert (56), Jean Paul évoque sa passion du voyage.

«A l’adolescence, voyager était un rêve que je consommais en compulsant albums de timbres, atlas et cartes postales venues de l’étranger. Mon professeur de géographie avait su développer cette passion du voyage aventurier et orienter mes études. Aussi la première opportunité d’un voyage au long cours fut saisie lorsque la période du  service militaire se transforma en deux années de coopération en Afrique noire. Ainsi le rêve devint une réalité qui ne s’est plus démentie au fil des décennies. Bien sûr, tout aura une fin, mais c’est avec un profond plaisir que je revis à travers les photographies archivées grâce aux moyens efficaces dont nous bénéficions aujourd’hui des moments de rencontre chargés d’émotion et des scènes paysagères inoubliables.

Ce festival est un moment fort non seulement pour partager  nos savoir-faire photographiques, mais aussi des expériences de vie passionnantes. Dans la sélection que j’ai retenue cette année, j’ai cherché à témoigner-en relevant le caractère esthétique- sur les transports multimodaux répondant aux besoins de mobilité des  populations en Asie : au quotidien, aux migrations saisonnières des travailleurs ou aux déplacements de longues distances pour des fêtes ou des pélerinages.  »

 www.geophoto-jplb.fr

© Chercheurs d'images  Mentions Légales 

Suivez-nous:

  • Facebook Social Icon