EUROPE , Mer Baltique, Hébrides, (Gde Bretagne), Ile de Man, France, Bretagne

 
Dardaillon Maryse,
La Baltique, terre de pêcheurs.

« Photographe amateur, dès mon adolescence, j’ai réalisé mes premières photos en argentique avant de passer au numérique en 2005. Autodidacte, j’ai beaucoup appris de mes lectures et expérimentations, mais aussi en discutant avec d’autres photographes, sur les réseaux sociaux ou en workshop, notamment auprès de Paulo Nozolino, Klavdij Sluban et Eric Rousset. Mon travail photographique est guidé par ma curiosité des peuples et cultures du monde. Je m’intéresse plus particulièrement à la relation que les humains entretiennent avec leur environnement. J’aborde ce sujet directement dans des scènes de la vie quotidienne, et indirectement en photographiant des paysages naturels ou urbains marqués – hier ou aujourd’hui – par la main de l’homme. Je photographie à l’instinct, sincère avec mes ressentis, mes émotions, à l’affût de lumières et d’ambiances avec lesquelles j’entre en résonance. 

Mes projets m’entraînent dans les rues de France et d’autres pays, notamment en Pologne et à Cuba dans le cadre de mes projets actuels.»

« Bien que la Baltique soit peu poissonneuse, la pêche est d’une grande importance pour l’économie et la vie sociale des villages et bourgades du littoral polonais. Il existe une soixantaine de ports de pêche ou autres lieux considérés comme tels le long des 500 km de côtes. Je me suis rendue dans bon nombre d’entre eux au cours de ces dernières années, notamment dans ces ports de fortune, situés à même la plage, qui constituent environ la moitié des points de débarquement. La série présente diverses activités de pêche, celles qui restent très artisanales, et permettent encore à nombre de familles de survivre en bordure de la Baltique.»

Elle vient de publier chez Corridor Eléphant Dans les filets de la Baltique

https://marysedardaillon.my-free.website/

https://www.facebook.com/maryse.dardaillon

 
Arzhêlis Diard et Julien Levasseur,
Le tour de France des aînés

Arzhêliz Diard et Julien Levasseur, deux jeunes journalistes,  ont décidé en 2018 de se détacher de leur quotidien pour réaliser un projet passionnant : dresser le portrait de personnes âgées partout en France métropolitaine.  Pas n'importe lesquelles et pas n'importe où : les plus âgées de deux villages aux profils variés choisis par le plus grand des hasards dans chacune des 13 régions françaises. Le tout, pour pimenter le jeu, correspondant aux 26 lettres de l'alphabet... «  Ces agriculteurs, artisans, commerçants, instituteurs, cheminot, avocat, chercheur en économie, nous ont raconté leur vie professionnelle, familiale et intime. Ensemble, nous avons aussi questionné l'attachement au village, les mutations de la vie rurale et de la société, le temps qui passe... Un panorama coloré puisque notre récit se veut un hymne à la vie. Le livre intitulé Sur les routes de campagne, 26 portraits pour raconter la vieillesse est en cours d'édition : 26 portraits avec textes et photographies, soit un Abécédaire, chaque village commençant par une lettre différente. Nous avons diversifié les présentations en alternant des récits de vie, interviews classiques et décalées, et reportage photographique ».  L’exposition présente quelques-uns de ces portraits. 

https://www.facebook.com/pg/tourdefrancedesaines/

 

Une expo et une soirée d’échange : Sur les routes de France 

Julien et Arzhêlis auront aussi l’occasion de parler de leurs rencontres lors de la soirée d’échanges organisée en ouverture du festival, le vendredi 25 octobre à 20h30 à la salle Jo Le Cheviller.  Leur partenaire de discussion sera Sébastien Formal, jeune cuisinier morbihannais qui a parcouru les routes de France à vélo à la recherche de savoir-faire et recettes du terroir. De son périple est né un magnifique livre, édité chez Larousse, qui met en valeur les producteurs de chaque région traversée et les recettes de cuisine concoctées avec les produits locaux.

 
ISIS
Phares en terre 

Isis, présente au festival en 2017 avec des photos prises lors de voyages  en Asie, revient cette fois avec un voyage sur les côtes bretonnes, une invitation à porter un regard neuf sur les phares bretons. 

 

« Dans une époque où une déferlante d’images essentiellement numériques nous submerge, où la technologie a tendance à prendre le pas sur la création d’images, je poursuis une démarche photographique faite de lenteur et d’incertitude : la photographie argentique en noir et blanc. En 2017, en abordant le moyen format carré avec cet appareil mythique qu’est le Rolleiflex bi-objectifs, qui offre des tirages d’une plus grande finesse et précision du détail, j’ai enfin trouvé l’angle d’approche que je cherchais depuis longtemps, pour traiter cette thématique de la Bretagne maritime que sont les phares.

Avec la prise en mains du Rolleiflex, l’idée du traitement de ce sujet commença à prendre forme.Ce sujet, traité avec un Rolleiflex, allait me demander de relever plusieurs défis particulièrement stimulants pour la création d’images :

- Réussir à inscrire un symbole de verticalité dans un format carré,

- Ne pas réaliser de nouvelles images de phares assaillis par l’océan tempétueux, d’autres s’y étant déjà brillamment illustrés, mais créer des images calmes, apaisées, donnant une autre vision de ce patrimoine maritime.

C’est ainsi qu’avec mon nouveau compagnon de prise de vues, j’ai décidé de créer des images faisant voyager le spectateur vers une nouvelle vision des phares de nos côtes, les phares « en terre » ; une vision de quiétude tournée vers la vie quotidienne qui s’organise autour de ces sentinelles des mers, indissociables des paysages bretons : pêcheurs à la ligne, amoureux, promeneurs du dimanche, enfants joueurs…

Regardez-les, admirez-les, constructions tantôt modestes, tantôt grandioses et monumentales, ils sont beaux aussi au calme sans devoir résister aux coups de boutoir d’un océan déchaîné ».

https://www.flickr.com/photos/80786418@N05/

Pseudo : ISIS&HARHOR

https://www.facebook.com/lesregardsdisis/

Marc TASSEL
Villes au sténopé 

Marc TASSEL, photographe autodidacte a débuté et s'est aguerri à l’école de l’argentique. Il est  membre du collectif ALEA qui pratique toutes les techniques de la photo aléatoire et alternative. A l'heure de la photographie numérique, il nous invite à un voyage dans le temps de la photographie avec des images prises  dans différentes villes  avec un sténopé… L'image est aléatoire, le photographe accompagne son sténopé en égrenant les secondes. Le sténopé demande de la patience, arrêter le temps, afin de pouvoir donner une vision décalée de la ville.

Ses images sont  actuelles et en même temps renvoient à un passé plus lointain, dans un univers mystérieux, irréel, intemporel, voire onirique. Ses photographies urbaines représentent une réalité inhabituelle, d'une architecture aux lignes floues dans une atmosphère vaporeuse. Le temps se prolonge pour fixer ses paysages sur la pellicule. L'humain est présent malgré les rues qui semblent vides, ou parfois fantomatique,

 « Dans un monde d'impermanence, l'image au sténopé ne garde que l'immuable, Le transitoire n'a pas sa place. » (Guy Glorieux)

Le festival sera pour les visiteurs  une bonne occasion de découvrir ou redécouvrir ces techniques anciennes  que des passionnés tels que Marc et Isis continuent à  faire vivre.

http://marcos44.bookfoto.com/

 
Fred LOUSSOUARN
Voyage ordalique sur l’Ile de Man, 

Qu'est-ce-que l'ordalie vient faire dans une course de motos ?  Fred vous expliquera pourquoi il a choisi ce mot pour qualifier cette course de motos unique au monde. Elle rassemble début juin sur l'Ile de Man environ 40 000 personnes. Les pilotes viennent vivre la "limite", les sensations indicibles que provoque cette compétition. Sur le circuit de 60 km et 264 virages où la vitesse est libre. La préparation des hommes et des machines est extrêmement exigeante. Ils n'hésitent pas à traverser campagnes et villages à plus de 300km/h.

Passionné de photographie et de course de moto sur routes (Road Race), Fred a obtenu pour la 2ème fois l'accréditation comme photographe de cette course unique au monde. Il nous présente un reportage sur ce monde à part qui vibre le temps d'un événement sur cette petite île, livrée au bruit et à l’agitation chaque année depuis plus d’un siècle.

https://fredloussouarn.wixsite.com/site

 

© Chercheurs d'images  Mentions Légales 

Suivez-nous:

  • Facebook Social Icon